[J-159] Zombies, lesbiennes, road trip et fantasy noire

Dans la continuité des nouvelles écrites en 2004, j’ai eu envie de pousser plus loin mon apprentissage et d’écrire un court roman.
J’ai parcouru ma liste à idées à la recherche d’une de taille raisonnable pour construire mon premier roman. Et, plutôt qu’une, c’est deux idées mises côte à côte qui ont fait tilt et ont donné naissance à Noire (je crois d’ailleurs que nombre de romans naissent de la conjonction d’idées plutôt que d’une idée unique).

Parenthèse :
En vérité, j’ai menti. Noire n’est pas mon premier roman. Il s’agit plutôt de mon premier roman achevé. J’ai tenté avant d’en écrire deux autres.
Le premier [2001-2002], une sombre histoire de zombies, de lesbiennes et d’écureuils, en est resté à son prologue de 200 000 signes (mmm…). Si je veux rester positif, je dirai qu’à travers cet épisode ont commencé à apparaître quelques archétypes de mon imaginaire. Plus vraisemblablement, cette première tentative d’écriture m’a surtout appris que je n’étais pas Stephen King. Disons qu’il m’a permis d’évacuer tout un tas d’influences et de mieux voir où devait aller mon écriture (ou plutôt où elle ne devait pas aller).
Plus intéressant, le second [2002-????], est en quelque sorte le roman que j’aimerais écrire mais que je ne suis pas (encore ?) capable d’écrire. Dit simplement, c’est un road trip hanté par des ombres et le regard d’une actrice (non, pas Keira), mais avec plein de choses compliquées à gérer dedans. Je ne m’étale pas plus, je ne sais pas quelle quantité j’ai écrit entre 2002 et 2005, mais m’engager dans Noire a été une façon de faire une pause, de mettre ce roman de côté pour quand je me sentirai vraiment prêt à m’y atteler. D’une certaine façon, je crois que tout ce que j’ai écrit depuis renvoie à ce roman. En tout cas, les premières années de son écriture m’ont beaucoup appris sur comment travailler des personnages et écrire des scènes qui ne servent à rien (j’entends qui ne servent à rien dans une intrigue, et qui servent juste à faire exister les personnages).
Si le premier roman est mort et enterré, j’espère que j’aurai un jour la capacité et le temps d’écrire le second.
Fin de la parenthèse.

Noire, donc.
Noire est née de la conjonction de deux idées, donc.
Trois personnages, en fait.
La première est une girl kicks ass sur laquelle j’avais déjà écrit deux courtes nouvelles.
Les deux autres sont deux frères jumeaux qui faisaient une apparition (2 pages ?) dans ma première tentative de roman.
J’ai réalisé que ces personnages étaient proches, que leurs chemins devaient se croiser.
De là est naquis le roman Noire (du nom de l’héroïne), un court roman (350 000 signes) de fantasy intimiste, écrit au premier semestre 2005.
Je mettrai probablement des extraits de Noire sur ce blog. J’en reparlerai à cette occasion.
Noire est en tout cas important dans ma progression puisqu’il m’a permis d’aller au bout d’un roman, un roman qui tient la route et dont avec le recul je ne trouve pas que « c’est de la merde ».
Pour l’anecdote, mais ne le répétez pas, le personnage de Noire m’est venu après le visionnage de l’incontournable La Princesse des voleurs avec Keira…

Compte tenu du positionnement compliqué de Noire (de la fantasy intimiste), je n’ai pas trop essayé de le caser (deux envois de manuscrits je crois). J’ai plutôt voulu enchainer sur cette expérience positive pour écrire un autre roman, plus consistant et pouvant potentiellement séduire un éditeur (l’histoire prouvera que je n’ai pas forcément emprunter une voie pouvant potentiellement séduire un éditeur, mais c’est fait, c’est fait).
Ma liste à idées a chauffé, et je crois que c’est après le re-visionnage de Ma vie sans moi d’Isabelle Coixet avec l’énorme Sarah Polley, qu’est né en automne 2005 l’idée de KKK (non, ne me demandez pas le rapport).
Coïncidence (ou non), quelques semaines après que mon idée de roman se soit fixé, Domino sortait en salles… Autant dire que cela a définitivement scellé le sort de Keira…

Keira vous boujoute et se dit que « Killing Sarah Polley » c’est vrai que ça sonnait moins bien.

A.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>