Killing Keira Knightley – Lara & Sarah

dominoint0213py

Alors qu’elle était en plein tournage, une jeune et célèbre actrice se réveille menottée à un lit, détenue par un étrange maniaque qui lui déclare qu’elle doit mourir – pour son propre bien et celui du cinéma.

Lara Sarah Delilah K, une tueuse professionnelle œuvrant en secret pour le gouvernement, est sur la piste d’une mystérieuse narco-organisation. Ses convictions déraillent quand une mission anodine vire au jeu de massacre.
L’actrice finit par entrer dans le jeu de son ravisseur, Lara par se rendre compte que ses actes font partie d’un schéma d’ensemble aux conséquences dramatiques.
Avec, au final, cette même question : qui est Kate Knight ?

KKK est un roman sur le cinéma. Plus précisément sur l’état actuel du cinéma.
Je considère (et je ne pense pas être le seul) que le cinéma actuel est en pleine déchéance culturelle. Si ce phénomène dégressif n’est pas nécessairement nouveau, il s’accélère, bien aidé par l’uniformisation généralisée de la société, et il a atteint depuis une bonne dizaine d’années son point de non-retour.
L’idée première de KKK est, partant de cet état de fait négatif, de réfléchir sur cette déchéance, ses origines, ses conséquences (notamment sur la création intellectuelle), et surtout de se poser la question du « Et maintenant ? » (autrement dit, maintenant qu’on a dit que le cinéma actuel est dans l’impasse, qu’est-ce qu’on fait ? et peut-on encore en attendre quelque chose ?)
À ce premier axe de réflexion se lie un deuxième qui concerne la « fan attitude ». KKK s’intéresse aux fans de cinéma, aux fans d’un acteur ou d’une actrice, et plus largement à tous ceux qui vivent au travers d’une passion.

Sur la forme, KKK se compose de 3 histoires distinctes : Lara, Keira et Kate. Il est important d’avoir en tête que ces 3 histoires peuvent se lire indépendamment (disons qu’elles attaquent chacune les thématiques du roman suivant leurs propres angles de réflexion) mais qu’elles restent liées (disons inter-connectées). La lecture combinée de Lara, Keira et Kate offre donc un « plus » au lecteur.
Dans un monde idéal, j’aurais souhaité que les 3 histoires paraissent simultanément dans 3 romans différents, laissant ainsi la liberté à chaque lecteur de lire 1, 2 ou les 3 histoires, et de les lire au rythme qui lui convient (l’une après l’autre, en parallèle…). Dans le monde réel, il a paru plus raisonnable de la jouer « soft ».
Le roman paru chez Calmann-Levy en février 2011, sous le titre Killing Kate Knight, contient, en narration alternée, les histoires Lara et Keira.
L’histoire de Kate est disponible gratuitement et intégralement sur ce blog.

Le point de départ des 3 histoires est le suivant :
Keira débute quand une jeune femme (Keira Knightley ?) se réveille menottée à un lit, détenue par étrange maniaque dont l’objectif final est de tuer Keira Knightley,
Lara s’intéresse à une tueuse professionnelle au service du gouvernement sur la piste d’une mystérieuse organisation,
Kate suit l’étrange odyssée d’une jeune femme (Keira Knightley ?) dans une cité imaginaire en décomposition où toute chose porte le sceau (la marque) de Keira.

A.K.

KKK est dédié à la mémoire de Brittany Murphy (10.11.77 – 20.12.09)

Feuilletez ou achetez le roman KKK en numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>